Extrait de l'émission "Midi en France" sur France 3 du 19 janvier 2016

Extrait de la Lettre d'information du Centre Régional du Livre de Bourgogne du 27 mars 2015



dossier • Café et librairie Le Marulaz, Besançon (25)

Date : 2015-03-25 15:08:21


Café et librairie Le Marulaz, Besançon (25)


> Manuel Daull et associés

« La poésie mérite qu’on prenne ce temps-là »



Un projet, deux activités

Le projet d’ensemble du Marulaz est relativement ancien dans le sens où, avec trois associés, cela faisait un bon moment que l’on réfléchissait à ouvrir un lieu lié à l’animation culturelle, mais pas forcément une librairie. Lorsque nous avons repris ce café de quartier l’année dernière, nous avons décidé d’y adjoindre un projet culturel dans un local attenant, avec l’idée que l’activité du bar permettrait d’assurer l’équilibre économique de l’ensemble dans un premier temps. C’est finalement le lieu qui a généré le projet. La librairie est devenue une évidence dès lors qu’elle offrait la possibilité de proposer un espace de rencontre autour des arts et de la poésie. En outre, j’ai été libraire pendant huit ans aux Sandales d’Empédocle. En articulant un bar et une librairie, nous savions que nous allions drainer des populations différentes, et c’est aussi ce qui nous intéressait.

Aujourd’hui, la librairie propose un fonds d’environ 3 000 références, composé à 70 % d’ouvrages de poésie. Littérature, théâtre, arts visuels, en particulier photographie, et objets de curiosités complètent l’assortiment. L’idée était de présenter la bibliothèque idéale d’un « amateur », au sens classique du terme, en valorisant le travail d’éditeurs, en mettant en avant la cohérence de leurs catalogues.


L’animation à la croisée de la création et de la diffusion

L’animation tient à la définition même de ce qu’on imaginait pour ce lieu : que ce soit avant tout un lieu de vie, pas seulement un lieu de visibilité.


On avait à cœur d’entretenir un lien avec les acteurs du monde du livre et nos lecteurs, que ces gens puissent se rencontrer. La librairie propose des rencontres-lectures associant un ou plusieurs auteurs et leur éditeur. Des partenariats se développent. Le bar et la librairie sont devenus par exemple les cantines de certains festivals ; cela a été le cas en novembre dernier pour Les Petites Fugues, manifestation organisée par le Centre régional du livre de Franche-Comté. Nous travaillons également à la création d’un studio de résidence à l’étage.


Être disponible pour accueillir, pour échanger, pour présenter le travail d’un auteur, d’un éditeur, l’essentiel est là. Et je suis certain que ces personnes que l’on invite seront les meilleurs ambassadeurs de la librairie à l’extérieur. À cet égard, la rentabilité d’une invitation ne renvoie pas juste à la vente de livres et au prix d’un billet de train pour faire venir un auteur.


Faire entendre la poésie

Entendre un auteur lire son texte, faire cette expérience sensible de la poésie permet de lever toute ambiguïté autour de l’idée que certaines lectures ne seraient pas pour certaines personnes. À partir du moment où l’on est dans le vivant, je crois que le rapport a priori des choses peut s’effacer par rapport à un vécu des choses. J’ai deux livres en tête qui me sont très chers, L’Éternité de Christophe Manon (Éd. Dernier Télégramme) et La Vie de Fabrice Caravaca (Éd. Les Fondeurs de Briques). Ces deux livres trouvent le plus souvent leurs lecteurs lorsque l’on en donne à lire un extrait à voix haute.


Peut-être plus qu’un autre genre, la poésie réclame, ou en tout cas mérite, qu’on prenne ce temps-là. Cela rejoint la définition que nous avons de la librairie, considérée dans un territoire donné comme quelque chose qui a aussi un lien au collectif, au-delà du lien commercial.


© Patrice Forsans - Fabrice Caravaca lors de la soirée d’inauguration du Marulaz en octobre 2014


• Entretien réalisé par Sylvain Loux


+ Le Marulaz

2, place Marulaz à Besançon

09 67 46 47 25

www.lemarulaz.com



Article de Florence Andoka pour  NOVO, novembre 2014, photographie P. Forsans (DR)

Article de Catherine Chaillet pour l'Est Républicain, octobre 2014, photographie P. Forsans (DR)

SAS LE MARULAZ


Fanny Robbe

&

Patrice Forsans

 

Contact

2, place Marulaz

25000 Besançon

Tel : 09 67 46 47 25